Chiwook NHO

노치욱

photo © Lee Donghoon / www.digibit.info.

Green City Paris, 2013, Installation vidéo en mosaïque, en temps réel, webcam, processing, 46″ monitor, 22″ monitor x 2.

          Chiwook Nho a présenté des expositions à Paris, sous la forme d’installations vidéo, notamment à la Cité Internationale des Arts de Paris en 2013, ou à la galerie Atelier Gustave, qui s’aident beaucoup de l’informatique. Il s’agit de substituer à l’image filmée une image virtualisée, modifiant par l’informatique ce qui est filmé, comme les gestes des spectateurs par exemple. Le geste demeure, mais forme, couleur et lumière s’y trouvent changés. La caméra peut être située au-dessus de l’écran, devant le spectateur, pour le confronter directement à son double numérisé, mais elle peut aussi filmer l’extérieur, depuis les vitres de la galerie, pour filmer l’environnement urbain et la façon dont il se modifie par l’agencement de l’installation. Dans ce dernier cas, le spectateur exerce son regard entre l’écran situé dans la galerie, reflétant la ville à sa manière, et la ville elle-même qu’il peut continuer d’apercevoir à travers les vitres. Les spectateurs multiplient ainsi les interactions, passant derrière la vitre et expérimentant des gestes ou des actions que les autres verront de manière modifiée à l’écran. Chacun se fait alors à la fois acteur et observateur.

                                                                                       

Interview avec l’artiste

Quelles étaient vos attentes lorsque vous êtes venu en France en tant qu’artiste ?

          – « Je suis venu en France à partir de janvier 2000, après avoir terminé mes études aux Beaux-Arts en Corée. Je suis venu ici pour combler mon manque de connaissances en art moderne. Avant de venir je me suis demandé comment on pouvait définir l’art dans la société aujourd’hui, comment un travail plastique pouvait devenir une œuvre d’art, c’est avec ces questionnements que je suis venu. Chaque artiste a sa propre définition de l’art, en vivant en France j’ai tenté de trouver ma définition de l’art, et je suis toujours dans cette quête. »

Est-ce que vous avez gagné quelque chose ici pour votre activité artistique ?

          – « Je ne peux pas être définitif pour savoir si j’ai trouvé quelque chose ou non. J’ai par contre pu me situer dans un cadre plus précis par rapport à ces questions, et j’ai pu absorber beaucoup des influences qui me manquaient en Corée, à travers l’ambiance du pays, sa vitalité artistique, ses expositions, ce qui m’apportait une émulation. Je pouvais ainsi, finalement, constituer mon propre univers artistique. »

Quelles sont vos inspirations pour votre travail ?

          – « Mon motif porte toujours sur la question du spectateur, du visiteur. Tout ce qui est lié aux spectateurs, ça peut se faire par ma réflexion, ou par des choses optiques concernant un objet qui se liera de façon interactive au spectateur. Ce qui est important est la transmission du message, donc tout élément permettant cela je l’utilise. Plutôt que de passer par des éléments complexes, je choisis des éléments simples, populaires, qui peuvent être un meilleur intermédiaire à la transmission du message. »

A travers votre œuvre, que voulez-vous exprimer ?

          – « Je veux que le spectateur s’interroge sur son « moi », qui est réfléchi à travers mes installations vidéo. C’est un jeu de reconnaissance et d’interrogation du « moi » dans la société d’aujourd’hui. A travers une technique variée comme cela est possible aujourd’hui, on peut mieux construire la relation entre l’œuvre d’art et le spectateur. C’est un critère primordial pour se percevoir soi-même. Dans l’expérience de l’œuvre, le spectateur est confronté parallèlement à l’objectivité et à la subjectivité de son être, et se situe donc au sein de la collectivité, passant de « moi » à « nous ». L’œuvre s’opère dans une relation de réciprocité subjective avec le spectateur, c’est lui qui devient le moteur de l’installation. Je souhaite qu’à travers leurs actions, et la façon dont elles sont réfléchies, ils vont comprendre celles-ci sous une autre lumière. »

le 27 avril 2015, KIM Bora

        Site de l’artiste : http://www.digibit.infowww.facebook.com/digibit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s